Faut-il déclarer la vente de ferraille aux impôts ?

déclarer la vente de ferraille aux impôts

La question de la déclaration de la vente de ferraille aux impôts est souvent soulevée, notamment en raison de l’augmentation constante du prix des métaux et de la prise de conscience croissante sur le recyclage. Surtout que la vente de ferraille se fait généralement en douce avec des paiements en liquide, certaines personnes ne déclarent pas leurs ventes de ferrailles puisqu’il n’y a pas de traces d’échanges.

Dans cet article, nous allons voir si il est obligatoire ou non de déclarer sa vente de ferraille aux impôts et dans quel registre la déclarer.

Obligation de déclarer la vente de ferraille aux impôts

En France, toutes les transactions commerciales sont soumises à l’impôt. La vente de ferraille ne fait pas exception à cette règle. Que vous soyez un particulier ou un professionnel, il est donc impératif de déclarer la vente de ferraille aux impôts.

Cependant, pour les particuliers qui vendent occasionnellement de la ferraille, il est possible d’échapper à cette obligation fiscale si le montant total des ventes de l’année n’excède pas un certain seuil. Ce seuil varie en fonction de la législation en vigueur, il est donc important de se renseigner auprès des services fiscaux compétents.

Seuil de non-imposition pour les particuliers

Pour les particuliers qui vendent de la ferraille de manière occasionnelle, il existe un seuil de non-imposition. Ce seuil est fixé à 305€ par an. Ainsi, si la valeur totale des ferrailles vendues durant une année civile ne dépasse pas cette somme, la déclaration et l’imposition de ces revenus ne sont pas obligatoires.

Déclaration de la vente de ferraille pour les professionnels

Pour les professionnels, la situation est différente. La vente de ferraille doit être déclarée au même titre que n’importe quelle autre activité commerciale. Il convient donc de respecter les obligations fiscales en vigueur.

La tenue d’un registre spécifique

Les professionnels qui achètent et vendent de la ferraille doivent tenir un registre spécial, appelé livre de police, où ils consignent toutes les transactions effectuées. Ce registre doit contenir les informations suivantes :

  • Nom et prénom du vendeur ou de l’acheteur,
  • Adresse du vendeur ou de l’acheteur,
  • Date de la transaction,
  • Description détaillée des objets vendus ou achetés (nature, quantité, poids),
  • Prix d’achat ou de vente,
  • Mode de paiement (espèces, chèque, traçabilité).

Ce registre doit être conservé pendant 5 ans et présenté à toute réquisition des agents de l’administration fiscale.

La déclaration et le paiement des impôts

Les revenus générés par la vente de ferraille doivent être intégrés dans la déclaration annuelle des bénéfices de l’entreprise. En fonction du régime fiscal applicable, il est possible de déduire certaines charges liées à cette activité (achat de matériel, frais de transport, etc.).

Le paiement des impôts s’effectue en général par prélèvement à la source ou par acomptes provisionnels. Les entreprises soumises au régime réel d’imposition doivent également payer la TVA sur les ventes de ferraille. Toutefois, certains professionnels peuvent bénéficier d’exonérations ou de réductions d’impôt sous certaines conditions.

Taxation et contrôle des transactions en espèces

Les transactions en espèces sont particulièrement surveillées par l’administration fiscale, notamment dans le secteur de la vente de ferraille. En effet, le paiement en espèces facilite souvent les opérations de fraude fiscale.

Limitation des paiements en espèces

Pour lutter contre la fraude fiscale, les paiements en espèces sont limités à 1 000€ pour les résidents français et à 15 000€ pour les non-résidents. Toutefois, ces seuils ne s’appliquent pas aux transactions entre particuliers.

Contrôle et sanctions en cas de fraude

Les agents de l’administration fiscale peuvent effectuer des contrôles auprès des professionnels de la vente de ferraille afin de vérifier le respect des obligations fiscales. En cas de fraude avérée, des sanctions administratives ou pénales peuvent être prononcées :

  • Amende pouvant aller jusqu’à 75 000€,
  • Remboursement des impôts éludés, majorés d’intérêts de retard et de pénalités,
  • Poursuites pénales pour fraude fiscale.

Il est donc primordial de respecter les obligations fiscales liées à la vente de ferraille et de bien tenir les registres spécifiques. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un expert-comptable ou un avocat fiscaliste afin de vous assurer de votre conformité avec la législation en vigueur.

Partager :
Picture of Maison Futur
Maison Futur